Chargement en cours

Avec 10% de croissance en 2017, le commerce équitable dépasse pour la 1ère fois 1 milliard d'euros de ventes aux consommateurs !

CEF_LogoComplet_RVB.jpg
lun. 7 mai 2018

L’adhésion des citoyens au commerce équitable ne se dément pas : avec 10% de croissance en 2017, le secteur dépasse pour la première fois 1 milliard d’euros de ventes aux consommateurs.

La 18ème quinzaine du commerce équitable s’ouvre le 12 mai prochain. La thématique phare de cette année porte sur les engagements du secteur pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes. A cette occasion, Commerce Equitable France publie les données économiques du secteur. 

Les Français.e.s sont de plus en plus conscients qu’il existe une relation forte entre leur consommation et la rémunération des producteurs. Ils sont de plus en plus nombreux à préférer les marques qui leur garantissent un prix équitable pour les producteurs. Par ailleurs, ils n’opposent pas justice économique et protection de l’environnement et la part des produits équitables également Bio continue de progresser : 80% des produits équitables portent la double labélisation.  Le commerce équitable se positionne ainsi comme un levier efficace pour accélérer la transition agroécologique de l’agriculture en France et dans les pays du Sud.

Le commerce équitable dépasse pour la première fois 1 milliard d’euros de ventes aux consommateurs.

En 2017, les ventes de produits issus du commerce équitable ont poursuivi leur croissance à 2 chiffres – et ce pour la 4ème année consécutive : + 10%. C’est la première fois qu’en France, les ventes de commerce équitable dépassent 1 milliard d’euros (1.04 milliard exactement). Composés à 95% de produits alimentaires, les ventes de produits équitables issus des filières internationales ont progressé de 7%, et celles, plus récentes, issus de filières équitables « Origine France » ont cru de 18%.

Les Français.e.s accordent de plus en plus d’importance à la rémunération des producteurs…

Ces chiffres viennent confirmer que les Français.e.s accordent de plus en plus d’importance à la rémunération des producteurs : un récent sondage OpinionWay, réalisé pour le compte du label de commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar montre qu’ils sont aujourd’hui 36% à prendre en compte ce critère lors de leurs achats de produits alimentaires, soit 10 points de plus que l’année dernière. Le succès du Commerce équitable repose sur sa démarche volontariste de transparence et d’éducation des consommateurs. « Cela contribue à une meilleure compréhension, par les citoyens, de la relation producteur-consommateur. C’est un facteur clef pour susciter l’adhésion et amorcer des changements dans les pratiques de consommation » rappelle Gérald Godreuil, Délégué général de la Fédération Artisans du Monde.

…et à la protection de l’environnement 

S’ils sont sensibles à la rémunération des agriculteurs, les Français.e.s sont également de mieux en mieux informés sur les risques environnementaux et de santé publique liés à l’agriculture industrielle.« En tant que consommateurs, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas vouloir choisir entre justice sociale et protection de l’environnement : ils font le choix de consommer des produits à la fois Bio et équitables » explique Julie Stoll, Déléguée générale de Commerce Equitable France.

80% des produits équitables sont également Bio

Ainsi, en 2017, pour les filières internationales, plus de 80% des produits issus du commerce équitable étaient également Bio. Cette tendance se renforce chaque année : la proportion de produits équitables et Bio était de 63% en 2012, puis de 71% en 2015, et 74% en 2016.  

L’engouement pour les produits Bio et équitables s’appuie sur une demande forte des consommateurs, mais aussi sur celle des petits producteurs du Sud. 

Pour ces derniers, l’acquisition d’une certification de commerce équitable est un véritable levier pour accéder ensuite à une certification bio. Les prix justes, mais aussi les conditions de négociation équilibrées et durables dans le temps permettent d’accompagner les coopératives de petits producteurs vers une transition écologique et sociale. Les organisations de producteurs de commerce équitable sont ainsi toujours plus nombreuses à développer des pratiques d’agriculture biologique, à opter pour une double certification et à bénéficier de marchés encore plus rémunérateurs. A titre d’exemple, sur 17 coopératives de producteurs de commerce équitable soutenues par le Programme Equité en Afrique de l’Ouest, 10 sont en bio, 2 sont en transition et les 5 autres développent des programmes environnementaux d’envergure pour protéger la biodiversité[1].

Les prix rémunérateurs du commerce équitable : un levier incontournable de la montée en gamme de l’agriculture française

La convergence entre justice économique et protection de l’environnement s’observe également pour les filières françaises. Parmi les opérateurs historiques des filières équitables françaises on trouve des leaders de la bio : les entreprises labélisées BioPartenaire ou encore le distributeur Biocoop.  Ces opérateurs ont utilisé les principes fondamentaux du commerce équitable (un prix juste, une relation contractuelle pluriannuelle, un renforcement des organisations de producteurs) pour développer des filières bio françaises et répondre à la demande croissante des consommateurs. L’équité des relations commerciales s’est révélée être déterminante pour accompagner la conversion vers l’agriculture biologique de nombreux agriculteurs.

Claude Gruffat, Président de Biocoop, réseau de distribution bio de plus de 500 boutiques qui effectuent 24% de leur chiffre d’affaire en produits à la fois Bio et équitable, confirme que « un prix juste, c’est à dire rémunérateur, permet aux producteurs de se projeter dans la durée, de construire leur activité, d’investir pour pouvoir répondre aux besoins et à la demande ».

Le commerce équitable : le vrai prix du progrès social ! 

Pour Marc Dufumier, agronome et Président de Commerce Equitable France, « Le partage de la valeur accélère la transition agroécologique de notre alimentation. Le commerce équitable est un outil clef pour accélérer la montée en gamme de notre alimentation ».

Ce dernier interpelle le gouvernement et lui demande de « soutenir la structuration des filières de commerce équitable, en France comme dans les pays du Sud à travers la mise en place d’un Plan National en faveur du Commerce Equitable comme annoncé lors de la clôture des Etats Généraux de l’Alimentation».

De son côté, Blaise Débordes, Directeur général de Max Havelaar France « Les EGA ont servi de déclic sur le sort des agriculteurs : une très large majorité de Français veulent désormais pouvoir consommer équitable au quotidien, chez eux, au bureau, à la cantine. La préoccupation des citoyens pour les producteurs et pour les conditions de production a progressé de 20% en à peine un an ! Nous appelons le gouvernement et les entreprises à répondre à cette demande en rendant les produits équitables plus nombreux et plus accessibles, notamment dans le cadre du Plan annoncé par le Premier ministre».

>>> Retrouvez en PJ : le CP  + les chiffres détaillés

Commenter cet article

Il n'y a pas de commentaires pour le moment

  • En cliquant sur "Envoyer le commentaire", vous acceptez le fait que vos données inscrites ci-dessus seront utilisées par COLECOSOL dans le but pour lequel ce formulaire a été mis en place. Aucune donnée ne sera utilisée dans un autre but, sans votre consentement éclairé, ni ne sera communiquée à un tiers. Vous pouvez à chaque instant demander l'accès, la modification ou la suppression de ces données en nous écrivant à l'aide de notre formulaire de contact ici.